Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La musique de film

Ce blog est dédié à tous (tes) les compositeurs (trices) de musiques de film. A travers des filmographies, des interviews, des cycles, des news et des avis sur leur B.O. , nous vous invitons à (Re)découvrir leurs musiques.

Ennio Morricone sur Peur sur la ville (1975)

Ennio Morricone sur Peur sur la ville (1975)

Après avoir quitté le costume de Stavisky pour Alain Resnais et avant de se déguiser devant la caméra de Philippe de Broca, Jean-Paul Belmondo sera vêtu de noir pour incarner le commissaire Letellier sous la houlette d'Henri Verneuil en 1975.

Peur sur la ville est un suspens à la francaise qui lorgne du côté outre Atlantique avec une réalisation et un style nerveux et un suspens constant comme les Américains savent le faire. Cette fois Bebel ne fera pas le pitre même si les dialogues signés Francis Veber sont là pour désamorcer la tension qui règne sur ce film. C'est à la fois un thriller prenant doublé d'un film d'action qui rend l'ensemble passionant. Ce film est celui où Jean-Paul Belmondo fait le plus de cascades (Sur le toit d'un métro aérien ou celui de la Samaritaine, accroché à un filin d'un hélicoptère) le film vaut surtout pour ces scènes de poursuites entre le commissaire Letellier et Minos ou encore avec Marcucci. Pour le seconder, Henri Verneuil a choisi Charles Denner (qui avait déjà joué à ses côtés en 1973 dans L'héritier de Philippe Labro) avec qui il forme un duo a la fois drôle et que l'on sent très complice, toutes leurs scènes en commun est un vrai régal. Outre pour l'histoire qui est très bien ficelée, je ne cesse d'apprécier pour ces deux raisons précitées ce film dont je ne me lasse pas et les "visites" dans les rues de Paris ne gatent rien.  

Avant I comme... Icare en 1979, Henri Verneuil a confié la musique au maestro, Ennio Morricone. Dès le générique, le ton est donné avec le son inquiétant d'une basse puis d'un piano qui loin de rassurer ajoute à la crainte, le siffleur (Alessandro Alessandroni) puis cet harmonica au son aigu déchirant finissent de définir ce qui sera le thème musical du film (et le morceau titre) qui comme vous vous en doutez est loin d'être agréable même si au-delà du film cette musique peut parfaitement s'écouter. Ce thème et cette basse au son sourd rappelle bien sûr les battements du coeur qui s'emballent à l'approche du danger. Et ce danger étant toujours proche, toujours pesant, ces sons sauront nous le rappeler tout au long de l'écoute. Une musique "allégée" par des morceaux d'ambiances, une sorte de chanson plus ou moins érotique rappelant l'aversion de ce tueur pour les femmes "à petite vertue" et un morceau plus connu qui est lié au fêtes foraines. Bref une musique qui peut stresser un peu selon les ressentis de chacun mais pour les autres (dont moi) cette B.O. fait partie des réussites de Mr Morricone lorsque dans les années 70, il oeuvra pour la France (Un disque ayant d'ailleurs été édité pour cette période). Bonus sur l'import (à l'époque) Japonais une suite de 15 mn 20.

 

 

 

 

Le détail du disque 

 

1. Paura sulla Citta' (04:10)

2. Considerazioni su un Omicidio (03:12)

3. Avvertire la Polizia (01:56)

4. Dolcemente Ambigua (03:21)

5. Minaccia Telefonata N.1 (02:24)

6. Sui Tetti di Parigi (01:45)

7. Essere Preso dal Panico (01:28)

8. Sospiri da una Radio Lontana (05:54)

9. Parigi Segreta (La Parigi Nera) (02:16)

10. La Scorta (01:10)

11. Azione Paranoica (04:10)

12. Le Tellier e Helene (01:06)

13. Minaccia Telefonata N.2 (03:06)

14. Ostaggi (04:29)

15. Assassinio (01:08)

16. Sosta Vietata (02:22)

17. All'Angelo di una Strada di Periferia (02:43)

18. Notturno Primo (04:15)

19. Notturno Secondo (04:40)

20. Manichini (01:17)

21. Paura sulla Citta' (Finale) (01:41)

22. Paura sulla Citta' (Suite) (15:20) 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article