Le thème : Paris.

Les ripoux

La butte MontmarteAh Paris, c'est si beau lorsque l'on prend le temps de s'y promener, de (re)visiter des lieux connus et d'en découvrir d'autres au détour d'une rue, d'une ruelle ou d'un passage couvert. Des endroits nous rappelle aussi des films, comme celui-ci par exemple, et nous évoquent - forcément -  des scènes dans cette belle capitale, dans ces quartiers du 18ème arrondissement, entre autres. Si plus tard, Jean-Pierre Jeunet y plantera ses caméras pour le film "Le fabuleux destin d'Amélie Poulain" en 2001, quelques décennies plus tôt c'est Claude Zidi qui y a établi ses quartiers.
En 1984, nous faisons donc la connaissance de ces deux flics,  René (Philippe Noiret) et François (Thierry Lhermitte). Le premier connait très bien le terrain vu le temps qu'il a déjà passé à arpenter les rues de cette ville et donc "est revenu de tout", il n'a plus rien à prouver tandis que le deuxième, quant à lui, débarque de sa province en pensant déjà tout connaitre  et, est bien décidé à gravir les échelons rapidement. Sauf que René est ce que l'on appelle un ripoux et l'entente entre le vieux briscard et le jeune loup ne va pas être toujours au beau fixe. Le duo que forme les deux acteurs fonctionne à merveille dès le premier film de cette trilogie. Le film est une comédie policière enlevée avec ce qu'il faut d'humour, d'action et aussi des sentiments d'amitié (Voir l'émouvante scène de la fin avec, il est vrai,  le très beau morceau de Francis Lai "Les retrouvailles") et bien sûr de l'amour (Avec la belle Grace De Capitani) mais le tout sur fond de comédie car c'est un film qui caricature l'image même du flic ripoux accentuant les petits travers et au bout du compte rendant même ces personnages sympathiques et pour lesquels on prend fait et cause car même s'ils sont ripoux, ça rester "léger". Il faut dire que l'on a du mal a en vouloir à un Noiret ou un Lhermitte. Cette comédie est devenue , au fil du temps un film culte que l'on toujours plaisir à retrouver avec ce casting trois étoiles dont Régine, Claude Brosset, Julien Guiomar, Jacques Frantz. Et le plus est aussi cette belle balade cinématographique dans les rues de la capitale.

La pochette de la trilogie éditée en 2011Si le casting est de qualité, la musique l'est aussi puisque le réalisateur a choisi le compositeur Francis Lai avec lequel il fera 3 autres films dont les deux derniers films du tandem ripoux. Puique nous sommes à Paris et que le cinéma a très souvent musicalisé cette ville avec un accordéon (ou bandonéon), il est donc logique de trouver dès le thème principal cette référence ainsi que le saxophone qui nous donnent un premier morceau entrainant. Par la suite, le compositeur a créé des thèmes pour chaque personnage, pour la relation Lhermitte / De Capitani (Love), et donc pour l'amitié qui les unit (A (re)découvrir plus bas).Tous ces thèmes sont empreint d'une certaine nostalgie et plus encore le temps passant. Le côté policier n'est pas oublié pour autant avec les titres "Le casse" ou "Porte de la villette" puis nous achevons ce disque, comme, nous l'avons commencé en quiitant, à regret cette ambiance, ces gens devenus de vieilles connaissances et cette ville qui peut, maintenant, dormir tranquille.

A noter, qu'il faudra 2011 pour avoir -enfin - l'intégralité de la B.O. sur CD.

Film : Les ripoux

Année : 1984

Compositeur : Francis Lai

Track list (Fait partie du CD "Collection Francis Lai - Trilogie Ripoux, Vol. 2")

(En gras, la sélection des meilleurs morceaux)

1.      Générique (03:26)
2.      L'arrivée de François (02:17)
3.      Barbès ballade (03:20)
4.      Au RDV des trotteurs (00:50)
5.      Simone (01:08)
6.      Le casse (03:00)
7.      1ère rencontre (01:33)
8.      Thème de François (04:10)
9.      Love... (02:40)
10.      Le canal de l'Ourcq (03:27)
11.      Parking (00:56)
12.      Sheherazade (03:30)
13.      Porte de la Vilette (02:14)
14.      Les retrouvailles (02:46)
15.      Générique fin (02:26) 

Les retrouvailles

Retour à l'accueil