Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La musique de film

Ce blog est dédié à tous (tes) les compositeurs (trices) de musiques de film. A travers des filmographies, des interviews, des cycles, des news et des avis sur leur B.O. , nous vous invitons à (Re)découvrir leurs musiques.

Alan Silvestri sur "La nuit au musée : Le secret des pharaons"

A l'image d'un "Toy Story 3" qui clôturait la trilogie d'une bien belle manière avec le plein d'émotions (Bien qu'un 4ème opus est attendu en 2017), ce film clôt aussi une trilogie sans faille depuis 2006. Pour suivre et apprécier, comme il se doit, ce nouveau long métrage il ne faut pas forcément avoir vu les deux premiers mais pour mesurer l'importance de cette quête et profiter pleinement de cette dernière réunion de tous ces acteurs qui, depuis le début ne cessent de nous faire rire et nous présenter un spectacle des plus attrayant et captivant, je pense que c'est malgré tout nécessaire. Comme je le disais, lors de la présentation des films de la semaine, ils se sont donc tous, de nouveau, donné rendez-vous pour cette ultime nuit magique (Le film est d'ailleurs dédié à Robin Williams et Mickey Rooney, tous deux décédés l'année dernière). Donc, il est clair que c'est le dernier, car comment imaginer une suite sans Teddy Roosevelt.

Dans ce nouveau film, ils doivent tous s'unir pour sauver la magie générée par cette tablette qui est en train de disparaitre sous une couche verdatre menacant par la même l'existence de ces statues de cires ou autres matières qui s'éveillent à la vie chaque nuit. Pour ce faire, ils doivent se rendrent à Londres, là où des explications les attendent. Des explications mais aussi de nouveaux personnages. Des loufoques comme ce Lancelot, Tilly la gardienne déjantée ou encore l'imposant Merenkahre, incarné, s'il vous plait, par le grand Ben Kingsley. Dans cette nouvelle histoire, il y a toujours autant d'humour mais avec encore plus d'action (Combattre  le Xiangliu (Serpent à plusieurs têtes), et le dinosaure ou encore éviter de mourir sous la lave d'un Pompeï minutieusement reconstitué) et des effets spécaiaux toujours hallucinants (Voir la poursuite  dans la lithographie de Maurits Cornelis Escher (1953)). 

C'est d'ailleurs sur cette scène (The Escher fight) et sur l'affrontement avec le Xiangliu  qu'Alan Silvestri nous gratifie des meilleurs morceaux d'action. Comme je le disais ce Mardi, il m'arrive de confondre la musique du 1er et du 2 car beaucoup de thèmes se retrouvent dans les deux, ce qui n'enlève en rien à la qualité des deux B.O. Par contre, cette fois, même s'il a conservé, le thème du musée (Main Hall) , qui prend ici un autre sens comme un retour au sources, là où tout a commencé , il a su se renouveller sur  tout le reste et ça donne un score vraiment impressionnant que l'on prend un plaisir continu à découvrir (puis à réécouter). Et comme je parlais de l'émotion suscitée par certaines scènes qui ne peuvent laisser insensibles, surtout si l'on a vu les précédents, la musique y concourre beaucoup (Seeing You become a man, A farewell Kiss). Et que dire de ce très beau  "Teddy's Goodbye" qui prend là aussi une autre dimension pour célébrer un personnage et un acteur qui nous manque déjà tant.

Film : La nuit au musée : Le secret des Pharaons

Année : 2014

Compositeur : Alan Silvestri

Track List : 

1.     The Ahkmnerah Expedition (03:34) 
2.     Performance Prep (02:02) 
3.     LOL (02:22) 
4.     The Grand Re-Opening (03:13) 
5.     “The End Will Come” (02:19) 
6.     Sneak And Greet (03:25) 
7.     Sir Lancelot (03:33) 
8.     Where Are Jed And Octavius? (02:50) 
9.     Main Hall (03:24) 
10.     Xiangliu (03:46) 
11.     Male Bonding (02:15) 
12.     The Legend Of The Tablet (03:11) 
13.     The Escher Fight (03:45) 
14.     Camelot (03:49) 
15.     The Quest (02:35) 
16.     “Seeing Your Boy Become A Man” (03:14) 
17.     Laaa Love (01:53) 
18.     A Farewell Kiss (02:40) 
19.     Teddy’s Goodbye (03:02) 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article