Au début de ce mois, je vous parlais du 10ème Prix France Musique - Sacem de la musique de film 2016 qui voyait un compositeur(trice) récompensé(e) pour son travail sur une oeuvre qu'il (elle) a créé au cours de l'année. Selon le président du conseil d'administration,  Jean-Claude Petit, ce prix récompense : "Une idée musicale, un développement  et l'orchestration". Cette année, donc, le prix - déjà attribué lorsque j'ai fait la présentation mais que j'ai oublié de vous préciser - revient à Marie-Jeanne Serero  pour le film "Anton Tchekhov 1890" de René Féret. Vous pouvez d'ailleurs en écouter des extraits sur le site de la compositrice, extraits justifiant largement cette reconnaissance.

J'ai donc eu la chance de pouvoir assister au concert donné ce 26 Novembre, à l’auditorium de la Maison de la radio, par  l’Orchestre Philharmonique de Radio France, sous la direction de Benjamin Ellin. Je dois dire que j'ai passé un excellent moment musical. Je ne connaissais pas encore ce fabuleux orchestre et je suis tombé sous le charme du savoir-faire de ces musiciens qui ont fait de ce concert une jolie relecture de ce que je croyais déjà bien connaître, comme la suite  de Luis Bacalov pour le film "Il Postino", dont je vous parlais au mois de Juillet. Ils m'ont aussi fait découvrir de superbes morceaux comme le méconnu "Dersou Ourzala" écrit par Isaac Schwartz. Ensuite la soirée s'anima avec le "Taxi Driver" de Bernard Herrmann où la vivacité de l'orchestre enflamma l'auditorium avec, entre autres, l'interprétation impressionnante du saxophoniste Pierre-Marie Bonafos qui fut si justement ovationné pour son interprétation solo magnifique. 

Après l'entracte, nous avons eu le privilège d'écouter pour la première fois la création d'Amine Bouhafa. Le compositeur a utilisé différents instruments rares comme le duduk de Haig Sarikouyoumdjian, La viole d'amour de Jasser Haj-Youssef et les percussions de Joël Grare qu'il a mêlé à l'orchestre. Cela donne à ce superbe morceau très inspiré un côté philharmonique et aussi original, que l'on a pas souvent l'habitude d'entendre. Une très jolie union pour une pièce à la fois ample et intimiste. Forte en émotion et puissante dans ses envolées. Un mariage magnifique des rythmes qui nous emmènent loin dans des paysages merveilleux où la tolérance règne. Un morceau écrit en hommage aux victimes du 13 Novembre 2015. 

La soirée se termina en beauté avec une suite  que je n'avais pas souvent entendu de Miklos Rozsa, "Lost Weekend" de Billy Wilder. Une belle suite Hollywoodienne encore une fois magnifiée par  l’Orchestre Philharmonique de Radio France. Grâce à tous ces talents réunis  j'ai pu m'émouvoir et être impressionné. Un grand merci à tous ces musiciens.

Si ça vous tente, alors cliquez sur le lien ci-dessous et écoutez ce concert qui hisse la musique de film à un haut niveau d'interprétation.

Retour à l'accueil