Lucas Giorgini est un compositeur français né le 10 Novembre 1995 à Thionville. Autodidacte, il a très tôt travaillé dans la musique Rock et Pop. Il a été batteur, guitariste et claviériste. Dès lors qu'il a commencé à oeuvrer dans la musique électronique, John Carpenter (...) a été une de ses grandes influences. Il s'est aussi beaucoup intéressé au cinéma horrifique Italien, l'amenant à composer pour l'image. En 2015, après avoir fait la faculté de musicologie de Metz, il co- compose (Avec Anthony Coia) sa première B.O. pour un long-métrage, "Scarecrowd: The Musk" de George Nevada.

Cette même année, il commence la création de cet album studio "A murder collection". Sa conception durera plus d'un an. A travers cet album de pure musique électronique, il rejoint un peu toutes ses influences que sont - outre John Carpenter - Brad Fiedel, Richard Band ou encore Harry Manfredini. Basée sur les slasher, cette (fausse) bande originale est un grand et beau retour dans les années 80 aux sons bien identifiables. C'est un pur plaisir que de se (re) plonger dans cet univers si particulier du point de vue sonore,  aux allures de films d'horreur avec de très bon titres pour soutenir la tension comme par exemple, l'excellent "Carnage At The Office" qui, pendant plus de 8 minutes, permet de vivre intensément cette scène ponctuée de divers sons pour intensifier encore plus l'angoisse. Même "plaisir" avec "The Last Victim" où les choeurs ajoutent de la peur et les violons donnent une impression de course contre la montre. Ces deux titres sont vraiment très réussis. Tout l'album contient une bonne tension dans son ensemble, qui me fait aussi beaucoup penser au travail de Robert O'Ragland sur "Le justicier de minuit"  avec, pour autre exemple,  le morceau "Just A Dream" qui s'avère aussi très efficace. Mais soyons clairs c'est tout l'album qui l'est. Le compositeur s'est fait plaisir mais surtout nous fait plaisir avec tous ces titres rapides et ce dès le 2ème (A Murder Collection (Main Titles)) , ces autres plus lents, plus angoissants le tout dans un univers à la fois rétro mais avec un regard moderne qui en fait un disque de grande qualité que l'on dévore tel un bon film. Et il nous permet aussi de nous faire notre propre film. Alors nous nous imaginons courir après un maniaque à l'esprit tortueux et, tel un flic,  nous essayons de le coincer (A moins que nous incarnions le tueur ;) ) le tout soutenu par une très bonne dynamique musicale. J'ai vraiment eu un très grand plaisir à retrouver cet univers electro eighties que j'affectionnais à l'époque et que cette B.O. m'a permis de retrouver . En définitive, quel que soit le compositeur auquel  le morceau nous fait penser, il n'y a qu'un seul nom à retenir, c'est celui de Lucas Giorgini qui a fait montre d'une grande maîtrise avec ce cadeau que je me suis déjà écouté plusieurs fois. Je vous encourage aussi vivement à faire de même et à vous procurer ce petit bijou pour tous ceux qui aiment la (bonne) musique électronique ou bien ceux qui voudraient la découvrir. Ce Cd (ou Vinyl) ne laisse pas indifférent, c'est certain,  et c'est en ça que la musique devient passionnante à écouter. Ecoutez le et puis partagez, partageons, dites-moi ce que vous en pensez.
Voici quelques exemples de la qualité de la musique.

Tracks : 
01 - Introduction To Paganini - 1:41min
02 - A Murder Collection (Main Titles) - 3:40min
03 - On The Street - 1:24min
04 - Inside The Apartment - 3:24min
05 - Runaway - 2:06min
06 - Escape From The Peep-Show - The Chase - 4:57min
07 - The Police Station - 2:31min
08 - Carnage At The Office - 8:06min
09 - The Night (End Titles - Reprise) - 1:52min
Bonus tracks :
10 - The Night (Main Titles) - 3:41min
11 - Where Do We Go, Now ? - 1:25min
12 - Under NYC - 1:40min 13 - The Night (#2) - 1:15min
14 - Peep-Show On The Red Light District - 1:01min
15 - The Police Station - 2:17min
16 - Escape From The Peep-Show - The Chase - 3:29min
17 - The Last Victim - 7:54min
18 - The Night (#3) - 1:51min
19 - Just A Dream - 1:18min
20 - The Night (End Titles) - 3:41min

Retour à l'accueil