Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecoutez, découvrez...

Flashback

Le titre en partage

Hommage à Jean Rochefort

Publié par Patrick

Jean Rochefort faisait partie des acteurs les plus populaires et les plus appréciés du cinéma Français. Il était devenu, au fil du temps, grâce à une riche et belle carrière cinématographique et théâtrale ce que l'on appelle une légende, un monstre sacré, pas par rapport à l'âge mais surtout par son talent, la qualité de ses rôles, de ses films. Lorsque je regarde sa filmographie, je suis impressionné par le nombre de rôles mémorables qu'il a interprété. Qu'il ait été second rôle ou premier rôle, peu importe, lorsqu'il figurait au générique d'un film, je savais que celui-ci allait être bien. Avec Jean-Paul BelmondoCartouche (1962) Les tribulations d'un chinois en Chine (1965) ou l'Héritier (1973), sont des exemples de la complémentarité du duo magnifique mais c'est avec le regretté Philippe Noiret qu'il a le plus joué (10 Longs métrages). On se souvient bien sûr de l'Horloger de Saint-Paul de Bertrand Tavernier en 1974, L'ami de Vincent de Pierre Granier-Deferre, Ridicule avec aussi Jean-Pierre Marielle, réalisé par Patrice Leconte. Par le réalisateur Patrice Leconte, il sera dirigé sept fois dans, entre autres,  Le mari de la coiffeuse, Tango, L'homme du train en 2002, avec  le chanteur et acteur Johnny Halliday. Je me souviens aussi de ce rôle dans le drame Les feux de la chandeleur, face à Annie Girardot (Tiens, encore une de ces actrice qui manque terriblement) où il était encore une fois parfait, juste, comme toujours. L'acteur à la célèbre moustache a excellé dans les comédies grâce à ses interprétations pleine de charme et son style, parfois,  très British. Vladimir Cosma a mis 12 de ses films en musique, parmi eux le génial Le grand blond avec une chaussure noire en 1972 (et sa suite en 1974). Nous retrouvons le compositeur aux génériques de Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis avec cette belle brochette d'acteurs, Victor Lanoux, Guy Bedos, Claude Brasseur puis à la baguette pour les films  Courage, Fuyons (1979). Plus tard, ce sera Le bal des casse-pieds, une comédie que l'on revoit même après l'avoir déjà vu 100 fois tellement c'est drôle, en grande partie grâce à l'acteur. Il y a aussi la comédie sur le personnage  François Pignon (Interprété par Daniel Auteuil) signée Francis Veber, Le placard. Jean Rochefort aura eu - seulement - 3 Césars, en 1976 pour le film Que la fête commence, en 1978 pour son interprétation du commandant, avec Claude Rich, dans Le crabe tambour de Pierre Schoendoerffer. Et enfin, en 1999, il a obtenu un césar d'Honneur. Jean Rochefort, c'était - déjà - ça, mais bien sûr, j'en oublie. Encore une fois, un acteur immense nous a quitté à l'age de - seulement  - 87 ans. Il paraissait immortel et aurait dû l’être avec tout ce qu'il a apporté au cinéma Français mais le rideau est tombé sur le dernier acte, le générique a défilé une dernière fois. Il ne nous fera plus rire, il ne pourra plus nous émouvoir même si ce soir je le suis... encore une fois en peu de temps.  Il s'en est allé et il me manque déjà.  Alors, c'est en musique que nous lui rendons hommage avec donc principalement Vladimir Cosma,  Georges Delerue, Philippe Sarde et aussi Michel Legrand, avec lequel j'ai écrit ces lignes mais je les terminerai avec cette chanson, en duo avec Sandrine Kiberlain, pour son dernier rôle au cinéma Floride. Comme dit son film qui porte bien son nom, Salut l'artiste et, moi, j'ajouterai juste : Merci Mr Rochefort. Et vous quels films vous reviennent en mémoire ? 

1962 Georges Delerue : Cartouche
1964 Michel Magne : Angelique Marquise des Anges
1965 Georges Delerue : Les tribulations d'un chinois en Chine
1969 Georges Delerue : Le diable par la queue 
1972 Vladimir Cosma : Les malheurs d'Alfred
         Michel Legrand : Les feux de la chandeleur
1973 Michel colombier : L'héritier
         Vladimir Cosma : Salut l'artiste 
1974 Philippe Sarde : L'horloger de Saint-Paul
1975 Antoine Duhamel : Que la fête commence
1976 Vladimir Cosma : Un éléphant ça trompe énormément
1976 Philippe Sarde : Le crabe-Tambour
1979 Vladimir Cosma : Courage, Fuyons
1987 François Bernheim : Tandem
1990 Michael Nyman : Le mari de la coiffeuse
1991 Vladimir Cosma : Le bal des casse-pieds
1992 Angélique et Jean-Claude Nachon : Tango
2000 Vladimir Cosma : Le placard
2002 Pascal Estève : L'homme du train

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article