Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La musique de film

Ce blog est dédié à tous (tes) les compositeurs (trices) de musiques de film. A travers des filmographies, des interviews, des cycles, des news et des avis sur leur B.O. , nous vous invitons à (Re)découvrir leurs musiques.

La educacion del Rey

Synopsis : Le jeune Reynaldo participe à un cambriolage qui tourne mal. En tentant de s’enfuir, il tombe dans le jardin d’un vieux couple. Contre toute attente, le propriétaire ne le dénonce pas à la police mais lui propose un marché. Une relation de confiance fragile s’installe alors entre le jeune homme et son protecteur.

Ce film, du réalisateur Santiago Esteves,  est son premier long métrage. Avant ça, il  avait fait les CM Un sueño recurrente et Los crímenes. A l'origine, cette histoire devait faire l'objet d'une mini-série qui devint par la suite un long métrage et il aurait été dommage de ne pas en profiter car , pour un  premier film, ce thriller Argentin est parfaitement maitrisé. Pour ça, il y a déjà un duo d'acteur épatants avec le confirmé Germán de Silva (Carlos Vargas, un transporteur de fond à la retraite qui s'ennuie) face au débutant Matías Encinas (Reynaldo, un adolescent qui se laisse embarquer dans ce vol). L'alchimie fonctionne dès le début et cet accord improbable conclut entre les deux protagonistes, au grand dam des proches de Carlos, donne lieu d'abord à des scènes fortes où le rapport père - fils n'est jamais très loin. Carlos profite de la présence du jeune homme pour sortir de sa retraite et retourner, un instant, dans la "vie active". C'est pour celà qu'il ne le dénonce pas à la police car il pense pouvoir le remettre dans le droit chemin. Il se rend très rapidement compte que le travail ne sera pas aussi facile à cause de l'entourage de Rey. Partant du constat de cette délinquence faconnée par les mass média et dont la police profite les employant à commettre des délits, le réalisateur en a fait un thriller passionnant et prenant au milieu de ces  beaux paysages proches de la cordillère des Andes. Cet endroit, Mendoza, accentue ce côté Western de l'histoire avec aussi la musique de Mario Galvàn dont c'est aussi  le premier film, avec une bande originale très axée guitare éléctrique sur laquelle le compositeur a incorporé les rythmes folkloriques Argentins qu'il connait très bien. 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article