Dans chaque score d'Ibrahim Maalouf, il y a un titre beaucoup plus puissant que les autres, il y a "Défilé 1962" dans "Yves Saint Laurent, il y a "La crème de la crème" dans le film du même nom (Même s'il n'a pas tout composé). Dans ce film dramatique, "Red rose", il y a la scène de la danse qui permet au film d'atteindre un niveau émotionnel très fort (La réalisation étourdissante de cette danse éperdue y est pour beaucoup aussi)  Le film contient d'ailleurs sur toute sa durée une  forte intensité émotionnelle y compris dans les rapports sexuels. Avec en toile de fond l'élection truquée de 2009, en Iran, et de la "vague verte" qui a suivi, Sepideh Farsi met en scène ce couple intergénérationnel qui va se retrouver dans cet appartement, décor quasi unique du film. Et dans cet endroit, Sara (Magnifique Mina Kavani dont c'est le premier film) s'offrira à Ali (Vassilis Koukalani) . Cet appartement est comme un havre de paix, un lieu protégé, une forteresse au milieu de  ce tumulte post electoral où chaque départ peut être un adieu tant la vie est fragile, dehors, sous les coups des policiers et des Bassidjis. Dans ce lieux unique, les générations disparaissent pour laisser place au couple qu'ils forment alors. Un couple improbable où aucun d'eux ne cherche à voir (croire) plus que ce que ce n'est, une - belle - aventure. Il y a tout ce que l'on voit mais aussi tout ce qui n'est pas dit, tout ce que les personnages ne se disent pas,  eux, qui à 30 ans d'écart ont agi pareil pour dire non à l'injustice. Alternant les - vraies - scènes de violence qui ont eu lieu durant cette "vague verte" (filmées au portable) et les scènes intimistes dans ce cocon la réalisatrice signe un film d'une grande justesse et elle dresse le portrait d'une femme libre , volontaire et courageuse qui emporte tout le film avec elle. Un très grand rôle pour cette jeune actrice. Si dans la première partie du long-métrage la musique n'est pas présente, elle le devient plus dans la deuxième et soudain, elle devient indispensable épousant parfaitement cette atmosphère avec un orchestre minimal mais avec des morceaux très forts où le piano domine donnant encore plus d'ampleur à cette histoire d'amour contrariée mais magnifique.

Retour à l'accueil