Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les dernières playlists créées

Coups de coeur #27
 

Elmer Bernstein Filmography
 

Les titres partagés sur la page Facebook & twitter

Des albums à (Re) Découvrir

Ennio Morricone  : Quando l'amore è sensualità (1973) - Edition complète en 2022

Carlo Rustichelli : Letti sbagliati (1965) Remasterisé en 2022

Publié par Patrick

Si Vladimir Cosma est connu pour toutes les musiques de comédie pour le cinéma, dont ses belles collaboration avec Pierre Richard, Yves Robert, Claude Pinoteau ou Francis Veber pour ne citer que ceux là, il l'est aussi pour tout l'apport musical qu'on lui doit dans le domaine de la télévision. Cet indispensable trésor recèle un concentré de titres, d'albums, de rencontres, de duos plus beaux les uns que les autres. Sur chaque album (Le coffret en contient 12) j'ai trouvé mon bonheur que ce soit dans un titre plein de tonus, d'entrain un autre très romantique, un autre qui m'a saisi tellement il est beau, un autre qui m'a installé dans une ambiance de suspens. C'est en voyant la présence de la  B.O. complète de la série Médecins de nuit que je me suis dit "Ce coffret est pour moi". Il est vrai que je l'attendais depuis longtemps. Le seul titre, le plus connu, à savoir le générique de début,  figurait dans toutes les compilations des séries sur lesquelles il avait travaillé mais rien de plus jusqu'à maintenant. Rien jusqu'à la sortie de ce présent. C'est un coffret inestimable, le quatrième d'inédits, dans lequel j'y ai redécouvert quelques musiques que je connaissais déjà comme Sam et Sally mais j'ai surtout découvert énormément de musiques que je n'avais jamais entendues, pour la télévision mais aussi pour le cinéma, la scène. Je vais donc m'arrêter sur mes très nombreux cd coups de cœur, même si tout le contenu m'a encore permis de passer de très bons moments musicaux.

Le détail du coffret

CD 1.

VOLPONE (cd) 

BUT (inédit)

MÉDECINS DE NUITS (inédit)
28 inédits

 

CD 2.
TANG (inédit)

28 inédits

 

CD 3.
PETIT DÉJEUNER COMPRIS (cd)

POURQUOI PAS NOUS (inédit music box)

LES GRANDS SENTIMENTS (inédit)

MARLOUPINS (inédit)

12 inédits

 

CD 4.
CHET BAKER PLAYS VLADIMIR COSMA (cd) 

COOL JAZZ IN PARIS (inédit)

10 inédits

 

CD 5.

FABLES DE LA FONTAINE (ET BIEN DANSEZ MAINTENANT) 

Version française et en anglaise. (cd)

 

CD 6.

SAM ET SALLY (cd)

L’ADIEU AUX AS  (inédit)

MUSIQUE POUR UNE SERIE DISPARUE (inédit)

16 inédits 


CD 7.

HELLO EINSTEIN (inédit)

LA BELLE VIE (inédit)

L'ÉQUIPAGE (inédit)

L'ÉTÉ DE LA RÉVOLUTION (inédit)

 42 inédits


  CD 8.

DROLE DE SAMEDI (inédit)

DERNIERE BOURREE (inédit)

BELLE ANGLAISE (inédit)

PIQUE ASSIETTES  (inédit)

 34 inédits

 

CD 9.

LE COLLECTIONNEUR DE CERVEAUX (inédit)

ENQUETE POSTHUME SUR UN VAISSEAU FANTOME (inédit)

LA MAIN ENCHANTEE (inédit)

VAINCRE A OLYMPIE - (inédit)

43 inédits

 

CD 10.

OCTAV (inédit)

JOYEUSES FUNÉRAILLES (inédit)

21 inédits

 

CD 11.

LES GRANDS DETECTIVES (inédit)

MADAME LE JUGE (inédit)

LE PRÉSIDENT FERRARE (inédit)

LA RAISON D’ETAT (inédit)

33 inédits

 

CD 12 

IMAGES SPATIALES (inédit)

LA MER PROMISE (inédit)

LA JEUNE FEMME EN VERT (inédit)

LA FEMME ENFANT  (inédit)

LES FILLES DE MALEMORT (inédit)

30 inédits 

Médecins de nuit (1978)
 

Nous allons donc commencer par la série créé en 1978 par un certain Bernard Gridaine (alias Bernard Kouchner). Cette série dramatique, est interprétée, entre autres par Catherine Allégret (Léone), Greg Germain (Alpha) Georges Beller (Michel), Étienne Chicot (Christophe), Agnès Château (Anne), Rémy Carpentier (Jean-François), Brigitte Roüan (Hélène), Philippe Rouleau (Patrick). Si dans la première saison, il y a peu de musique, elle devient plus présente au fil des épisodes et parmi les titres entendues, il y a Visite à Domicile que j'adore. Il lui arrive de clôturer certains épisodes ou de souligner des passages difficiles pour les malades et, à chaque fois je suis sous le charme de cette version avec, au violon Didier Lockwood. Cette version guitare puis violon est superbe. Elle souligne parfaitement les scènes, est sobre, juste mais pleine d'émotion. Léone et Michel est aussi dans ce style. Thème Beaubourg s'inscrit plus dans des situations d'attente, des attentes parfois angoissante pour les proches, tandis qu'Avis de recherche amène le suspens, avec, toujours, au fond le violon qui rappelle la détresse des malades, de leur entourage, des médecins parfois. Hep Taxi est le passage rock de la série. La B.O. se clôt sur Urgence, le thème principal où nous avons l'impression d'entendre les sirènes de ces courageux (ses) docteurs (es), c'est d'ailleurs ce que l'on entend dans la version longue,  Médecins de nuit.
 

Volpone (1972)

Dans ce coffret, nous trouvons des séries, des films et des pièces-ballets comme Volpone mise en scène par Gérard Vergez, en 1972. En écoutant le premier titre, l'excellent Le ballet des Allégories, je découvre que ce morceaux contient le futur thème de Médecins de nuit mais chanté tel un chœur religieux, puis il s'accélère et devient plus disco.  Ce thème revient dans le titre La mort. Et j'aime aussi beaucoup ces versions enregistrées avant. Dans cette pièce pour la comédie Française, nous retrouvons des instruments originaux  (Cromornes, Cervelas). Entre les sons vénitiens, le style disco et les chœurs, c'est une musique très originale, très agréable. Une très belle découverte.

Haut

Tang (1971)
 

Mais c'est loin d'être la seule bonne découverte, car le CD suivant est consacré à la série Tang, réalisée par André Michel et diffusé sur la 2ème chaine de l'ORTF, en 1971. C'est une grande  B.O d'aventures riche en thèmes, en rythmes. Elle fait partie des musiques qui donne envie de se replonger dans ces aventures divertissantes. Le coté comédie se ressent aussi dans cette B.O. mais elle est associé à l'action, au suspens. Tang, donne le ton dès le départ avec un morceau rapide et enlevé, plein de fougue, dynamique. Elle n'est pas exempt de beau thème à l'image de Kyoo et André qui parlera probablement à ceux qui ont écouté la B.O. de Un profil pour deux. Encore une fois, les déclinaisons de ce thème, que ce soit dans le rythme ou dans l'orchestration sont superbes comme dans le court La résurrection de Kyoo, en version plus rapide avec flûte. Comme il est beaucoup question d'Orient, nombres de morceaux en rappelle l'ambiance. 

Haut

Petit Déjeuner compris (1982)
 

Le troisième cd est consacré à la collaboration entre le compositeur et le réalisateur Michel Berny. C'est aussi l'un des plus beaux et des plus romantiques avec, pour commencer la musique de la mini-série  Petit Déjeuner compris - Réalisé par , diffusée en 1982 sur Antenne 2, avec, dans les rôles principaux, le beau couple formé par Pierre Mondy et la belle Marie-Christine Barrault. C'est tendre, c'est gai, ça a plein d'entrain.  Ça commence par le très beau L'hôtel Buque, avec le son du mélodica joué par Roland Romanelli puis la Folie douce nous emmène un peu plus dans l'allégresse. Parmi celles que j'adore il y a L'éléphant fait des pointes qui souligne l'un des épisodes les plus drôles - et la musique est parfaite pour mettre de bonne humeur. Il y a, comme toujours chez le compositeur, toujours une part de sentiments même dans ses titres plus portés sur la comédie. La Ballade de Saint-Eustache ou bien Marie-Louise fleurent bon le romantisme, la complicité. Sitôt fini, nous avons envie de nous y replonger. A écouter sans modération. Tous les titres sont formidables, toute la B.O. est délicieuse à écouter comme ces belles, mais légères, envolées du thème principal clôt un album qui s'écoute , se vit avec douceur.
 

Pourquoi pas Nous ? (1981)
 

​​​​​​Ce film sorti en 1981, débute par un de ces thèmes très enjoués que j'adore. C'est de la comédie pure et ça fait encore du bien à écouter dont l'excellent et emballant Pourquoi pas nous ? repris, en mieux encore dans La poursuite Amoureuse , de façon plus rapide, avec flûtes et synthé. Côté tendresse, c'est le Thème de Jacqueline et sa déclinaison. Nous avons la chance de découvrir pour la première fois, une très belle version de la chanson Vinei Qui
 

Les Grands Sentiments Font Les Bons Gueuleton (1973)
 

​​​​Leur collaboration a débuté en 1973, avec le film Les Grands Sentiments Font Les Bons Gueuletons. Le premier titres de cette B.O. se distingue par l'utilisation d'un instrument que Valdimir Cosma affectionnait, à l'époque, le cromorne - que l'on entend aussi dans certains titres la B.O. Clérambard d'Yves Robert (1969), comme Les demoiselles de province -  Les Vrais Sentiments est très beau,  plein de romantisme aussi, suivi du délicat Petite garce, tandis que  Les Grandes Questions nous plonge dans l'incertitude, une musique un peu atmosphérique, douce. C'est l'accordéon qui prédomine pour le Tango des sentiments. La B.O s'achève sur deux titres courts qu'il est bien de retrouver, tout comme c'était le cas dans les précédents coffrets. J'aime beaucoup ces musique qui ponctue des scènes courtes et qui apporte autant de dynamisme ou d'émotion, comme Dialogue de sourds.
 

Les Marloupins (1979)
 

​​​​​​C'est en 1979 qu'a été diffusé la série policière, Les Marloupins, dont le thème principal parlera à certains puisqu'il a déjà été utilisé dans Médecins de nuit. Un thème très entrainant, plein de peps,  Histoires De Voyous. Il y a un côté western dans cette B.O. avec Guitare et Guimbarde que nous pouvons entendre, entres autres  Cours Mon Lapin, bon titre d'action. La Grande Amitié est une douce déclinaison du thème principal qui revient pour  L'Arnaques Des Marloupins clôturant la B.O et ce super cd.

Haut

Sam et Sally (1978-1980)
 

Nous allons passer directement au sixième cd pour conserver sa bonne humeur à l'écoute de l'enthousiasmante B.O. de la série Sam et Sally - Réalisée par Jean Girault , Robert Pouret, Nicolas Ribowski et Joël Santoni et diffusée entre 1978 et 1980 sur Antenne 2avec Georges Descrières et Corinne Le Poulain, à commencer par le thème très enjoué,  au rythme rapide, Sam Et Sally (Générique), au synthé. Le summum pour moi, c'est celui, tout cuivres dehors qui nous jouent une déclinaison des plus flamboyantes, des plus énergiques, Le lit Baladeur. Quant à Lily Java, c'est un titre à la fois tendre, léger et plein d'entrain. Plus beaux encore sont les Tendre Sam où le synthé se la joue tout en douceur comme pour Tendre Sally, la plus belle déclinaison du thème.  Jamais répétitives, ces différentes versions sont la marque de fabrique du compositeur qui se sert d'un thème pour nous concocter des versions plus sensibles, plus romantiques, plus rythmées et c'est pour cela que j'aime tout ce qu'il a écrit.
 

L'adieu aux as (1982)
 

Cette B.O. débute par un très bon thème d'aventures, plein de fougue, ample et  faisant une belle ouverture de cette série de 1982, réalisé par Jean-Pierre Decourt. Elle fait suite aux séries Faucheurs de marguerites (1974) (Musique de Michel Magne) et Temps des as (1978) (Musique de Jack Arel). Dès le 2ème titre, Joséphine, le thème principal est décliné de très belle façon,, c'est doux, c'est beau. La beauté du Delta nous fait prendre de la hauteur, nous transporte avec une très belle mélodie, pleine de charme, de légèreté. L'un des plus beau thème de la série. Sans voir les images, nous voyageons, nous nous envolons. On devine des images magnifiques, du moins la musique l'est. L'Avionette De Poirier reprend le thème principal de façon légère, entre aventures et comédie, tandis que Les Grandes Compagnies reprend le style ample de l'ouverture mais plus lentement, plus grave. On a encore l'esprit d'aventures mais aussi une menace qui plane. Et de conclure, en beauté un thème qui reste en tête pour notre plus grand plaisir, Naissance De L'hélicoptère. 
 

Musique pour une série disparue
 

Musique pour une série disparue est une musique qui avait été écrite pour Auto-Auto, une série réalisé mais qui, finalement, ne sortira jamais. Comme inédit, il est donc dur de faire mieux. Dès le départ, Auto-Auto (Générique), nous découvrons un morceau ample avec un thème romantique qui me parle, grand fan que je suis de la B.O. de L'étudiante. En effet, le compositeur l'a utilisé dans ce film à deux reprises mais la version que je découvre ici est encore plus belle ainsi que toutes les déclinaisons ( dont les superbes La Bentley De Sa Majesté et Douce Déception) qui, comme je le disais plus haut apporte encore plus d'émotion au thème original. Ferrari Et Son Bolide, très beau thème qui donne l'impression de  tournoyer, comme une feuille à moins que ce ne  soit une voiture qui tourne à vive allure, qui ne s'arrête plus, qui s'envole presque.  Cinq Cylindres En Ligne apporte du suspens à la B.O. alors que Voyage En Famille lui apporte de la grandeur, de l'épaisseur. Un grand thème ample, énergique. 

Haut

Hello Einstein! (1984)
 

Dans la B.O. de cette mini série réalisée par Lazare Iglésis (1984), nous avons le plaisir d'entendre le grand Violoniste Ivry Gitlis dès le premier titre pour un thème au style Yiddish, Hello Einstein (Générique Début).  C'est alors que vient le plus beau titre de la B.O. La Relativité, superbe titre au piano, un thème presque déchirant. Le Choc d'Hiroshima est dramatique mais se conclut par une prise de décision, s'accélérant. Hymne À La Jeunesse est une déclinaison plus lente, plus belle du thème  du début lorsque le piano rejoint le violon. 
 

L'équipage (1978)
 

Le titre Combat aérien, qui débute l'album de ce  téléfilm d' André Michel me fait beaucoup penser aux orchestrations que le compositeur utilisera quelques années plus tard pour le film L'as des as, avec Jean Paul Belmondo, dans le domaine de l'aventure. Dès Les adieux de Jean, je suis emballé par ce superbe thème, décliné dans L'enfance de Jean, il est si beau que je le trouve trop court, à chaque fois. Encore un thème délicat, empreint de beaucoup d'émotions mais toujours juste, le rendant encore plus touchant. Et il y a un autre très beau thème  - repris plus tard pour le film d'Ettore Scola, Le bal (1981) , avec, à la trompette Pierre Dutour - L'amitié trahie, dans un style un peu plus dramatique mais tout aussi émouvant voir plus. Jean Et Maury est une des variations qui  sait encore me toucher. On sent d'ailleurs que cette B.O. est liée à un téléfilm fort avec quelques titres où plane du mystère (Les Deschamp Ne Rentrent PasDanger Brouillard). L'équipage finit magnifiquement cette B.O. en reprenant les deux thèmes principaux. Une musique qui donne très envie de voir ce que ça donne à l'écran. 
 

La belle vie (1979)
 

J'ai découvert La belle vie que je ne connaissais pas avec cette version pour cithare et Guitare et une excellente version fredonnée par le compositeur lui-même (Dans le livret, il est noté que ça été demandé par Jean-Pierre Mocky pour un de ses films)
 

L'été de la révolution (1984)
 

L'été de la révolution, réalisé aussi par Lazare Iglésis (1984) est une grande musique dramatique aux thèmes amples avec une trompette qui annonce la fin d'une ère. Cet album comprend énormément de thèmes superbes comme Sarabande Révolutionnaire, où l'on a une impression de grandeur, de luxe qui tend à disparaitre. Salon De La Reine en est une de ces belles déclinaison où la beauté, du  thème ressort encore plus. 14 Juillet 1789, nous y sommes, la musique se fait plus grave comme pour signifier le danger qui se rapproche tout en gardant le magnifique thème principal qui doit représenter ceux qui vont perdre, ceux qui quittent une vie bien protégée, avec beaucoup de tristesse. L'autre thème fort en émotion est Mort De Louis XVI avant de retrouver celui du début pour cloturer cette B.O. 

Haut

Drôle de Samedi (1985)
 

Sur le Cd 8 vous pourrez re - découvrir l'enchanteur Drôle de Samedi (1985), réalisé par Bay Okan, une musique au rythme alerte et ce dès le premier thème, Drôle de Samedi. C'est aussi drôle, burlesque à écouter comme si le compositeur voulait se moquer des protagonistes. Sensualité bucolique est de toute beauté, au piano, cette douce musique nous dépose sur un oreiller de douceur. Il y a beaucoup de rythme, de changement de style que ce soit le Tango (Amour Paroxyste), La Polka du dentiste qui reprend le thème principal. Michelamma est une chanson qui me fait penser à l'Italie, repris en version instrumentale dans P'tit steak. Et la fin arrive vite Samedi, Samedi. Un album plein d'entrain.
 

La dernière bourrée A Paris (1973)
 

Il est suivi par la chanson interprétée par Annie Cordy pour débuter le film La dernière bourrée A Paris (1973) de Raoul André. Toujours dans la bonne humeur et la beauté (Berthe Rêve d'érotisme, Patricia et Victor) dans des styles différents. Du tango, rythme principal de la B.O. (Le premier Tango à Paris, Lucie Enlève Sa cape), un titre jazzy Chauffe Eddie !  et du suspens La façade du Paramount . Le dernier Cancan accélère beaucoup le thème principal. Un excellent thème et un album que l'on écoute avec beaucoup de bonheur.
 

La belle Anglaise 2 (1988-1990)
 

Tout comme la B.O suivante, pour la série La belle Anglaise 2 réalisé par Jacques Besnard entre 1988 et 1990. Le thème principal débutant dans la bonne humeur (La belle Anglaise) entre piano électronique et douces cordes . Un de ces thèmes que j'affectionne beaucoup chez le compositeur où la tendresse est présente, confirmée par le superbe Anne et Julien, où les nappes de cordes nous emmènent dans une ambiance romantique. Puis nous pouvons profiter d'une douce ambiance jazzy avec Chauffeur, A l'hôtel Raphael et Rolls Mésaventures pour finir par une version encore plus endiablée que le début. 

Haut

Octav (2017)
 

L'une des plus belles des découvertes est ce film roumain de Serge Ioan Celebidachi, inédit en France et c'est bien dommage car lorsque j'écoute la B.O. , magnifique, sublime, à l'image du premier titre, Rêveries d'Octav, (Et de celui qui clôt la B.O., Reveries, Rêveries) où je suis envahi d'une intense émotion, je me dis que je regarderai bien ce que ça donne à l'image mais ce n'est pas grave car la musique à elle seule suffit à satisfaire ma soif de grands et beaux sentiments. Deux titres magiques, au piano, qui font, maintenant partie de mes titres, de mes B.O. préférées. Et lorsque le piano laisse la place à la guitare, l'émotion est encore palpable surtout lorsqu'une nappe de cordes fait décoller La balançoire ou Rendez-vous Galants. Il y a de la nostalgie - mais pas que - dans cette B.O., des thèmes si beaux qu'il est presque impossible de traduire ce que je ressens avec des mots comme  Le Vieux Conac, Souvenirs de la Mère. De toutes les B.O. présentes dans ce coffret, c'est l'une des plus belles, des plus amples (La valse des locomotives, Le grand départ). Les vieux s'amusent ressemble un peu au générique du film Le placard. C'est enjoué, vif et plein de charme en même temps, Jeux de foins en est une délicate variation en plus léger avec de belles envolées, superbe. Il y a aussi beaucoup de place pour la joie, la rêverie au sein de cette B.O., de nombreux thèmes le prouvent (Le pot de Fleurs, Le Magnolia en fleurs). 
 

Joyeuses Funérailles (2013)
 

Nous continuons dans neuvième CD par une B.O. aux thèmes superbes, Joyeuses Funérailles (2013) de Horatiu Malaele. dès le premier Joyeuses Funérailles qui reprend le thème de la mini - série Les Jeunes filles (1978) . Toujours aussi beau. Pour ce film, il y a de très belles variations du thème (Appel DouloureuxPudeur Retenue) les meilleures, selon moi, les plus porteuses d'émotion, c'est la version pour piano et Orchestre du Joyeuses Funérailles et Diseuse De Bonne Aventure où le piano est seul. Il y a deux belles chansons interprétées par Richard Sanderson.  Maybe You're Wrong (Entendue aussi dans La Boum 2 dans une version plus rapide) et  Somebody To Love. 

Haut

Le collectionneur de cerveaux (1976)
 

Avec le Cd N° 9 nous arrivons à la partie étrange, fantastique des B.O. de Vladimir Cosma. Je n'en connaissais aucune des 4, pour des téléfilms, et j'ai beaucoup apprécié cette autre facette du compositeur. Tous ont été réalisés par Michel Subiela. Le collectionneur de cerveaux (1976) , étant ma préférée sur ce cd. Dans un premier temps, la musique exerce une sorte de fascination avec ce très joli thème, Le Collectionneur De Cerveaux, qui dans le téléfilm est très important. L'autre très beau thème est Le joueur d'échecs qui se termine de façon mystérieuse. Il y a une attraction avec ce thème, il est prenant, accrocheur et j'aime me le repasser pour sa mélodie envoutante. Nous avons aussi des titres suspens (Le secret dévoilé, De Surprises En Surprises) et d'autres au où le rythme se fait plus rapide tel Meurtrier En Fuite ou l'excellent La Disparition Du Comte encore plus rapide que le précédent.
 

Enquête Posthume Sur Un Vaisseau Fantôme (1973)
 

Pour le téléfilm suivant, Enquête Posthume Sur Un Vaisseau Fantôme, réalisé 3 ans plus tôt,  nous découvrons, dans une orchestration complètement différente et tout aussi belle, Arthur Et Dorothy qui sera l'un des thème du film Diva quelques années plus tard. J'aime beaucoup l'évolution de ce titre qui ajoute des instruments au fur et à mesure et qui en fait un thème devenant de plus en plus beau. La belle Dorothy est court mais est tout aussi beau, dans un style délicat. Quelques thèmes rappellent le côté policier comme Escale Périlleuse et le thème, Bateaux Indigènes, qui ouvre la B.O. utilise des flûtes bien connus de l'univers de Vladimir Cosma.
 

La main enchantée (1974)
 

Avec ce téléfilm nous retournons aux thèmes plus étranges du compositeur (Promis Au Gibet,   Les Bêtes De L'enfer) avec toujours de la beauté dans les thèmes (La Main Enchantée, La Main De Gloire) . Le très bon Visite Chez Le Magicien est  le plus énigmatique de la B.O. Nous nous baladons dans une ambiance brumeuse où l'on imagine faire des découvertes peu rassurantes.
 

Vaincre À Olympie (1977)
 

La dernière B.O. Vaincre À Olympie, est une musique d'époque, hors du temps. Ca fait justement penser à une vie tranquille au rythme du soleil, sans complication, sans  affrontement. C'est doux et agréable à écouter. Au contraire Le Sort De Pasithéa Et Hérodore est très énergique, comme une poursuite. Ce Cd nous permet d'écouter tout autre choses que les musiques pour les comédies,  que j'adore aussi, et c'est ça que j'aime beaucoup dans ce coffret, la palette des multiples talents du compositeur s'étoffe encore. J'ai vraiment découvert une autre facette du talent de Vladimir Cosma. 

Haut

Les grands détectives (1975)
 

Sur le cd 11, nous découvrons, avec grand plaisir le côté policer du compositeur avec, pour commencer la B.O. de cette série.  Si chaque épisode s'ouvre sur une note légère et rythmée avec comme instrument la flûte de pan, Générique, le reste nous plonge directement dans le vif du sujet avec nombre de titres mêlant mystère et action. Owens Tue amène le suspens progressivement, la tension monte, le rythme s'accélère et le titre devient de plus en plus captivant. C'est l'angoisse qui domine La Mort De Griselda, il devient comme Owens Tue, de plus en plus rapide, installant une peur de plus en plus élevée, un danger de plus en plus proche. Ça se termine en apothéose. Pareil pour Le Blitz, reprenant le thème de La Mort De Griselda, joué, entre autres au clavinet - Que l'on retrouve sur pas mal de titres et dont j'adore le son - , nous emmène dans un tourbillon, de tension, c'est comme si tout  tournait de plus en plus vite. Point d'accélération Dans Les Brumes De Londres mais une très bonne atmosphère mystérieuse tout du long. Il y a énormément d'action dans Le dernier des six ainsi que dans Absinthe Et Lecoq. Le thème principal est aussi entendu dans Le Signe Des Quatre pour un titre plus lent, comme si les héros étaient dans l'attente de quelque chose qui devait survenir. Quelques morceaux d'ambiance closent  cet album. 
 

Madame Le Juge (1978)
 

Mais le Cd ne s'achève pas là puisque dessus vous pourrez y entendre le magnifique, et un peu nostalgique,  thème de Madame Le Juge (1978). L'un des - nombreux - plus beau thème du compositeur. Il sera décliné de façon encore plus douce dans  Le Passé De Françoise Muller et à la fin c'est presque frustrant qu'il s'arrête tant on a - encore - envie d'écouter la suite de ce superbe thème. Un court moment de suspens L'Assassinat De Plantier puis un autre rock, à la guitare électrique puis nous revenons au thème principal en quittant l'univers de la juge campée avec tant de sobriété par Simone Signoret.
 

Le président Ferrare (2004 - 2006)
 

Après Simone Signoret, le héros de cette série, Le président Ferrare (2004 - 2006), est incarné par un autre grande pointure du cinéma, Jean-Claude Brialy. Le premier thème, Le Président Ferrare,  débute une très belle mélodie qui reste en tête,  dans un style assez enjoué, où l'on peut entendre, entre autres le cymbalum et l'accordéon,  avec, en son sein, un super solo de saxo. Le thème, nous le retrouvons dans le titre L'Affaire Denise Charbier alors que c'est un climat sourd et angoissant qui prédomine tandis que pour L'Affaire De Gilles D'Aubert, c'est un climat d'attente avec le claquement des cordes et l'arrivée - en beauté - du thème joué à la flute. Dans ce cd un autre superbe thème est Thème De Marilyn joué principalement au piano avec un léger accompagnement de cordes, le rendant encore plus beau tout en restant très sobre. Le titre suivant, L'Affaire Pierre Valera,  intègre le thème du précédant l'enveloppant dans une ambiance mystérieuse, cordes rapides et piano clair pour rappeler le sujet, Marilyn. Même ambiance noyée dans l'incertitude et le souvenir, La Disparition De Marilyn. Malgré le prénom dans le titre Marilyn Réapparait, c'est le premier thème que l'on entend dans une déclinaison très romantique. Et avant de retrouver le générique de fin, Les Conclusions De L'affaire, démarre dans un mouvement de cordes rapides, style policier, se mue en climat plein de mystère pour reprendre le rythme et s'achever comme il avait commencé.

Haut

Il y en a donc pour tous les goûts, il y en a  de tous les rythmes, de toutes les ambiances, pour mon plus grand bonheur. J'aimais déjà beaucoup l'univers du compositeur mais là, mon amour pour sa musique, son style, sa façon d'amener l'émotion, en douceur, a encore grandi. Je ne saurais, évidemment, pas mettre en mots tout ce que j'ai ressenti à l'écoute de ces CD car ce n'est pas facile à traduire ce qui se passe au moment où j'écoute mais ce que je peux vous dire c'est que ce coffret mérite que l'on s'y arrête et même si depuis que j'ai commencé à écrire dessus -J'ai mis plus de temps que prévu - certaines des B.O. sont disponibles à l'écoute sur les plateformes, ça ne remplacera jamais le fait de tenir entre ses mains tous ces CD, cet indispensable livret qui nous apprend plein de choses et qui nous permet d'apprécier encore plus ce cadeau que Vladimir Cosma nous a fait et que je remercie chaleureusement. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article