Hommage à Jean-Louis Trintignant

Publié le par Patrick

Un autre très grand acteur,  à la si belle voix  (il doubla Jack Nicholson dans Shining (1980) de Stanley Kubrick) s'en est allé à l'âge de 91 ans. Jean-Louis Trintignant a tiré sa révérence après une carrière bien remplie de films inoubliables. Il faisait partie des acteurs que j'appréciais beaucoup, particulièrement dans sa période 1960-70 avec des films tel le thriller Sans Mobile apparent (1971) de Philippe Labro, L'attentat (1972) d'Yves Boisset, que je venais de voir récemment, Dans le western spaghetti Le grand silence (1968) de Sergio Corbucci où il était très crédible. Je l'ai beaucoup aimé  dans son rôle de l'ennemi public N°1, aux côté d'une autre pointure du cinéma, Alain Delon pour Flic Story (1975) de jacques Deray (Musique de Claude Bolling)  . Il formait avec lui un très bon duo. Dans Le Secret de Robert Enrico, il faisait partie du beau trio de stars aux côtés de Philippe Noiret et Marlène Jobert. Avec le thème déchirant d'Ennio Morricone. J'ai d'ailleurs pu constater que le maestro avait mis en musique nombre de ses films dont quatre des films précités et aussi Le désert des Tartares (1976) , réalisé par Valerio Zurlini avec un autre grand parti depuis peu, Jacques Perrin. Alternant les films italiens et français, nous avons pu le voir en Italie dans La femme du Dimanche (1975) de Luigi Comencini et Disons un soir à dîner (1969) de Giuseppe Patroni Griffi. Toujours mis en musique par Ennio Morricone, c'est le film La banquière (1980) avec Romy Schneider, où j'ai pu redécouvrir une des plus belles B.O. du maestro, à l'image du titre Rivelazione. Francis Lai a aussi fait partie des compositeurs qui ont jalonné sa carrière à commencer par Un homme et une femme (1966), Le voyou (1970),  Un homme et une femme, 20 ans déjà (1986), tous réalisé par Claude Lelouch et puis La course du lièvre à travers les champs (1972) de René Clément,  à la distribution internationale. Magnifique thème du compositeur. Georges Delerue a, entre autres,  superbement mis en musique le film qu'il a tourné pour Bernardo Bertolucci, Le conformiste (1970), le  duo jubilatoire que l'acteur forme avec Fanny Ardant pour François Truffaut, Vivement Dimanche (1983). Philippe Sarde a écrit aussi de superbes partitions pour l'acteur dont celle de l'intense drame réalisé par Pierre Granier Deferre, Le Train (1973) avec Romy Schneider.
Dans la playlist que j'ai faite pour lui rendre hommage, il n'y a évidemment pas tout mais j'y ai mis quelques  musiques qui font partie des grands films de l'acteur qui avait remporté un César et un prix Lumières pour son rôle dans Amour de Michael Haneke. C'était il y a 10 ans déjà. Le dernier sera Les plus belles années d'une vie (2019), film de Claude Lelouch et dont la musique était composée par Calogero.  Je reconnais qu'en réécoutant tout ces thèmes que j'avais déjà écouté il n'y a pas si longtemps après avoir vu ses films  je suis un peu ému par le départ de ce grand acteur. C'est une belle page du cinéma que l'on tourne à regret. La magie de la pellicule fera que je pourrais continuer à l'admirer dans tous ces rôles que je n'ai pas encore découvert (oui, il m'en reste) et je me dirais probablement , encore,  que c'était un sacré talent, inoubliable, irremplaçable.

Publié dans Hommage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article