A l'instar des B.O. des films L'étudiante et Monsieur Henri et Venise n'est pas en Italie , la nouvelle musique de Laurent Aknin composée pour Ivan Calbera, La dégustation - qui est sorti hier au cinéma - est encore un petit bijou de sensibilité, d'émotion où chaque titre, quelque soit sa durée, nous transporte, nous fait danser, rêver, aimer. Dès le début, ce tango, La dégustation Générique, m'a tout de suite emballé par son charme,  son romantisme. Très belle mélodie qui trouvera quelques déclinaisons dont le jazzy Hortense & Jacques où le rythme devient plus lent, la musique encore plus douce, plus belle. Plus les titres se succèdent, plus c'est beau. Lorsque vient Le meilleur reste à venir, c'est le piano qui débute ce superbe thème, rejoint par une légère nappe de cordes, puis la guitare arrive et l'émotion grandit. Lorsqu'arrive Ecoute ton cœur qui est, selon moi,  la suite du précédent titre la trompette intervient, comme dans un Western où l'action s'accélère, il est temps de l'écouter ce cœur et de courir après celui (celle) que l'on ne devrait surtout pas laisser partir, la musique s'emballe alors. Magnifique titre. Dans chaque B.O. du compositeur, il y a toujours une musique qui me procure encore plus d'émotion à son écoute car le thème est si beau - encore plus beau - , la mélodie si belle - encore plus belle - qu'il est dur de ne pas être très ému. Je vous parlais de sensibilité, là plus que jamais, nous y sommes. J'aurais beau vous dire que le piano débute ce titre merveilleux, qu'il est rejoint par la trompette, je ne pourrais jamais assez traduire ce que j'ai ressenti au moment de ré (écouter)  le Thème d'Hortense. Parmi les autres beau thèmes il y a Bienvenue et Bienvenue Maxime où j'adore l'ajout de la voix féminine qui apporte encore plus de beauté, de délicatesse. Ce superbe album se termine sur une très belle chanson qui conserve l'aspect romantique, écrite par Romain Vignes et chantée avec Louise Boyer.

Retour à l'accueil